Road trip québécois et échappée Gaspésienne

Le Canada est ce pays qui attire indéniablement. Il est de ces pays presque mystique qui nous trotte dans la tête nuits et jours. Ceux qui ont sont revenus n’ont jamais eu d’avis mitigés : le Canada , il faut y aller, il faut le vivre, au moins une fois dans sa vie. Et certains, beaucoup même, n’en reviennent carrément pas. Mais le Canada c’est grand et il bien impossible de le visiter en une seule fois (à moins d’être très riche et d’avoir des mois de RTT devant soi). La première frustration canadienne qui s’impose est alors de choisir quelle région on va visiter en premier. Les plus urbains iront à Toronto, Montréal ou Vancouver tandis que les plus sauvages auront tout le reste du territoire pour s’amuser. Parce que oui, le Canada se visite avant tout pour sa nature que pour ses villes et il y a beaucoup trop de merveilles à voir dans ses terres pour rester sur du goudron.

Mon choix s’est alors tourné vers le Québec puis, plus précisément pour la Gaspésie. Cette péninsule attire tous les amoureux de nature, de silence et d’authenticité. Les amoureux d’une ambiance de polar, à la Edwardson ou Indridarson, dans des paysages froids où les vagues viennent frapper des falaises recouvertes d’herbe verte et de villages de pêcheurs, où les habitants regardent la mer à travers leurs maisons douillettes, entourées de linge volant au vent. C’est pour tout cela, et bien plus, que je me suis échappée en Gaspésie, durant 14 jours, sur ses routes côtières pour en faire le tour.

 

-COMMENT S’Y RENDRE ?  Plutôt en avion qu’en bateau. La compagnie Air Transat propose des prix qui défient toutes concurrences en partance de Paris, Bordeaux, Lyon, Bruxelles et bien d’autres! Le best du best pour les non parisiens : le vol Lyon-Montréal direct sans escale est juste parfait ! Mais n’en demandez pas trop tout de même, qui dit compagnie low cost dit confort amoindri une fois dans l’avion (au delà d’1m70, vous serez mal).
–COMMENT SE DÉPLACER UNE FOIS SUR PLACE ?  Les bus peuvent être une solution pour les plus nomades d’entres vous mais les distances sont longues dans ce pays alors ça risque de ne pas être très agréable. Si vous partez à plusieurs préférez alors la voiture, cela ne vous coûtera presque rien ! Les grosses routes nationales (comme la route 132 en Gaspésie) ne sont pas payantes et l’essence y est moins chère. Comme si tout était fait pour un road trip ! La compagnie « Discount » est très bien). Pour ce qui est des vols internes, ils coûtent souvent assez chers, surtout si vous souhaitez vous rendre d’une côte à l’autre (le même prix qu’un Paris-Montréal !). Il reste alors l’autostop, mais si vous regardez trop de films d’horreurs comme moi, je vous le déconseille.
-COMBIEN DE TEMPS POUR TOUT VISITER ?  Comptez un minimum de 3 semaines si vous souhaitez voir une grosse partie du Quebec (sans compter les terres nordiques!) ou 2 semaines pour faire un tour similaire au mien en Gaspésie. Si vous avez plus, prenez plus. Les distances sont immenses et certaines de vos journées seront passées exclusivement sur la route. Pour Montréal, 3/4 jours peuvent être suffisant selon moi, cela vous permettra de visiter les principaux quartiers.
-QUEL A ÉTÉ MON BUDGET?  Pour deux semaines tout compris (avion aller-retour, repas, location de voiture, essence, sorties, hébergement) cela m’a coûté 1300€ en partant avec 3 amis.  Le billet d’avion a coûté 430€, les hébergements pour 14 nuits 320€, 160€ pour la location de voiture et les plein d’essences, et 400€ de liquide pour les sorties et les repas. Cela peut vous revenir moins cher si vous serrez un peu la ceinture (moins de restaurants et plus de chambres chez l’habitant) et si vous prenez des hébergements à plusieurs . Attention cependant aux périodes trop touristiques durant lesquelles les prix flambent pas mal (de Juin à Septembre).

Et comme un road trip ne se fait pas sans carte, en voici une sans chichis pour un aperçu de mon trajet (en partant de Montréal, passant par Québec pour revenir ensuite à Montréal) : julia-laffaille-focus-aventure-carte-quebec-gaspesie

 

 

VILLE DE QUEBEC

Je savais que nous étions venus au Québec pour voir la nature, et je savais que j’y préférerais la nature que les villes. Mais voilà, il faut bien l’avouer, la ville de Québec est une vraie pépite. En tout cas elle l’est en morte saison, quand il n’y a pas une foule de touristes qui prennent d’assaut les jolies ruelles pavées. En fait, pour tout vous dire, ce n’est pas du centre historique dont je suis tombée amoureuse, le trouvant un peu trop surfait (imaginez un village au style montagnard, tout en pierres grises et décoré comme un village Disney, surtout en période de fêtes), mais plutôt des quartiers alentours.

Cependant, le centre historique, appelé la Haute-Ville, a tout de même de belles adresses qu’il faut visiter , comme le fameux château Frontenac (un prestigieux hôtel qui ne fait pas rire les mouettes), la Basilique Notre-Dame de Québec, ou le quartier du Petit Champlain, dans la Basse-Ville, connu pour ses mignonnes ruelles remplies de jolis commerces

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-chateau
L’élégant Château Frontenac

julia-laffaille-focus-aventure-ville-quebec

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-ville
Les jolies façades de la Haute-Ville de Québec

Juste à côté du vieux centre on trouve le très grand « Musée de la civilisation« . Si vous aimez les musées ou qu’il fait gris dehors, je vous le conseille. Sinon…je vous le conseille moins, sauf si vous aimez vraaaiiiiment les musées. Oui bon parce qu’il est très intéressant hein, je dis pas le contraire, mais j’ai connu plus exaltant. Oui j’aime bien découvrir d’anciens objets, lire la longue description et prendre des cours d’histoire, mais ça pendant 3h sur plus de 500m2, ça fatigue. Par contre, les expositions temporaires, elles, sont beaucoup plus interactives et stimulantes!

dav
L’intérieur du Musée des Civilisations, conçu par l’architecte Moshe Safdie

Après s’être mêlé un minimum à la foule touristique dans le Vieux Quebec, direction les alentours de la rue Champlain, vers le quartier du Cap Blanc, plus au Sud. En longeant le Boulevard Champlain, on arrive sur cette petite rue résidentielle, très agréable à parcourir, qui fut un de mes coups de cœur. Il n’y a rien à y voir en particulier, pas de monuments historiques ni de magasins, mais elle est calme et authentique. Elle permet, entre autres, de rejoindre les superbes Plaines d’Abraham par l’escalier Cap Blanc qui fait grimper pas moins de 399 marches (il parait même que certains joggeurs descendent et remontent ces escaliers pour s’entraîner, ils sont fous ces québécois!).

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-champlain
La quartier très cinématographique du Cap-Blanc

Nous voilà alors arrivés aux très fameuses plaines d’Abraham, véritable parc vert en pleine ville. On peut y faire son jogging (haha), jouer au frisbee, promener son chien ou sa petite amie,  jongler et même, oui même s’asseoir simplement sur un banc pour profiter (c’est l’option que j’ai choisi).  Mais si le repos et l’herbe verte c’est pas trop votre truc, alors il n’y a qu’à traverser le parc pour atterrir sur le quartier de Saint Jean Baptiste, populaire et rempli de nombreuses petites adresses sympas ! julia-laffaille-focus-aventure-quebec-rue

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-saint-jean-baptiste
Rues graphiques, pentues et animées du quartier de Saint Jean-Baptiste

Plus à l’Ouest ensuite, les quartiers de Montcalm sont quant à eux très résidentiels et on peut y voir les plus belles maisons de la ville. Des façades à l’anglaises avec escaliers extérieurs, petits jardins et belles voitures garées devant ! Bref, les habitants des lieux ne sont pas malheureux et ont trouvé le bon compromis pour habiter en ville.

 

 

Le quartier de Saint Roch, au nord de la ville, est le quartier destiné au shopping. Les rues n’y sont pas particulièrement belles mais il y a une multitude de bonnes adresses (restos et magasins). Et le plus chouette de tous, sur le boulevard principal (Boulevard Charest Est) est l’IMMENSE magasin de jouets « Benjo » qui fera tourner la tête des enfants et celles des parents. Et en tant qu’adulte responsable, je dois moi même avouer que ce magasin est génial et qu’il peut, enfin, rivaliser avec les magasins que j’ai pu voir à Tokyo. Mention spéciale à l’immense distributeur de chewing-gum au milieu du magasin !

julia-laffaille-focus-aventure-ville-quebec-
Jouets à foison et couleurs par centaine dans le magasin « Benjo« !

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-ville2

 

OU MANGER/BOIRE UN VERRE:

Pour ce qui est des bonnes adresses de restaurants dans la ville, il s’agit essentiellement d’adresses pour prendre un goûter, mais vous finissez par me connaitre, le goûter est mon repas principal dans la journée. On ne se refait pas. Vous devez donc goûter en premier lieu les fameuses « Queues de Castor » (que vous trouverez dans le quartier du petit Champlain) qui sont…comment dire….des sortes de crêpes/beignets/gaufres frites en forme de queue de castor, sur lequel on étale du nutella, ou de la crème de marron, ou du sirop d’érable, ou les trois ! En bref, c’est du gras, beaucoup de gras, mais avec ce froid, il nous faut des forces.

Sinon, dans le même registre du sucre pour du sucre, vous pourrez aller chez « Mary’s Pop Corn » où vous trouverez un choix immense de pop corn sucrés ou salés. Et en toute honnêteté, ceux au caramel beurre salé furent les meilleurs de toute ma vie.

sdr
Pop-corn de chez « Mary’s » servis dans des pochettes en papier, comme dans les films !

Pour manger local et sur le pouce (et plus sain), le marché du Vieux Port est parfait pour découvrir vos premier sirops d’érable, vos premiers cidres de glace ou vos premières tourtes aux bleuets. Tous les producteurs présents proposent de très bons produits qui feront de parfaits souvenirs à ramener (ou à garder pour soi).

 

 

Et comme on ne voyage pas au Québec sans passer par les bars, vous trouverez dans la ville de nombreuses adresses, microbrasseries ou plus vieux bars aux ambiances toutes plus cool les unes que les autres ! Celui testé est « Le Sacrilège« . Ambiance au top avec concerts plusieurs fois par semaine!

 

 

Pour une sortie plus studieuse et originale, le café/librairie « Saint Jean-Baptiste » est vraiment un chouette lieu pour boire un verre tout en lisant un livre et tout en écoutant l’un des nombreux petits concerts ou spectacles donnés plusieurs fois par semaine.

 

OU DORMIR :

J’ai séjourné en airbnb, dans un quartier tout à l’Ouest de la ville, vraiment très chouette et à une vingtaine de minutes à pied du centre ville (faites pas les flemmards, les jambes c’est fait pour marcher). J’ai adoré le style très américain de ce quartier, avec ses maisons basses, carrées et ses fils électriques qui parcourent les rues. Très photogénique en somme. Vous bénéficierez d’un calme absolu tout en profitant de la proximité avec les quartier Saint Roch et Saint Jean Baptiste.

 

 

PARC NATIONAL DU BIC & SAINTE FLAVIE

Les choses sérieuses commencent dès maintenant. On ne perd pas une minute, on charge la voiture et nous voilà partis pour trois bonnes heures de voiture pour prendre notre première dose de nature sauvage. On découvre cette première partie de la route 132, émerveillés par cette infinie ligne droite entourée d’arbres colorés. A partir de Trois-Pistoles, la route devient carrément majestueuse et, pourtant, ce n’est encore que le début. julia-laffaille-focus-aventure-quebec-route

On arrive dans la matinée à notre premier Parc National, le Parc de Bic. Niché au bord du Saint Laurent, ce parc SEPAQ (« Société des établissements de plein air du Québec », en opposition aux parc nationaux du Canada) renferme plusieurs anses toutes plus belles les unes que les autres, remplies puis vidées par les eaux du Saint Laurent au rythme des marées. Si vous n’êtes pas plus convaincus que ça par ce parc, sachez que la légende raconte que lors de la création du Monde, l’ange alors chargé de disposer les montagnes sur Terre, déversa son surplus dans ce parc, créant ainsi cette petite merveille de 33 km2. Plutôt magnifique donc.

L’entrée du parc coûte 8,50$ , valable pour toute la journée et réglable dès l’arrivée dans le parc. Si vous manquez de temps, rendez vous directement à la ferme Rioux d’où partent les sentiers en direction de l’anse à Mouille-Cul (parce que si vous ne faites pas attention aux marées, vous vous retrouverez les fesses trempées!), l’une des plus impressionnantes.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-bic
Les beaux corps de ferme autour du parking de la ferme Rioux

Le sentier pour parvenir à cette anse, oscille entre forets et bords de mers. Les jumelles sont une aide précieuse pour tenter d’apercevoir quelques phoques qui se dorent au soleil (en fait, ces flemmards se dorent même avec un ciel gris). En plus de sa beauté fascinante, le cap de l’anse est un endroit parfait pour pic niquer tout en profitant d’une vue extraordinaire sur toute la baie! Devant, l’immensité des eaux et derrière la grandeur des forets d’automne.

 

 

On peut ensuite continuer la boucle qui mène au Cap à l’orignal et à baie du Ha!Ha! (oui oui, c’est son vrai nom) pour revenir ensuite à la ferme du Rioux. Mais si vous bénéficiez de plus de temps, 10 autres sentiers de tous niveaux traversent le parc, dont le Grand Tour (8,7km en 3h) pour les plus conquérants d’entre vous.

 

SAINTE FLAVIE

Sainte Flavie est le genre de bourg qui n’est pas forcément prévu sur un itinéraire au Québec. Parce que’il est à côté de plus grosses villes, parce qu’il est en bordure de route comme un mauvais village de passage. Et pourtant, Sainte Flavie et ses environs ( Grand-Métis, Métis sur Mer et la Baie-Des-Sables) fait partie de mes coups de cœur de ce voyage. Comme si la carte savait qu’il s’agissait là du commencement de la Gaspésie, les paysages y deviennent sérieusement fantastiques et hors du temps. Les petits villages de pécheurs apparaissent, les ambiances de bout du monde se font ressentir et la chaleurosité des habitants vient consolider l’envie grandissante de vivre là bas. Bon, bien entendu il faut aimer les atmosphères nostalgiques et avoir quelques restes d’adolescence gothique pour apprécier au minimum ces endroits lorsqu’ils sont sous un ciel gris, mais bon sang ce que c’est beau !!

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-sainte flavie6
Ruelles et maisons en bordure du Saint Laurent sur la route menant à Sainte Flavie

 

 

 

OU MANGER :

Que ce soit clair, vous ne mangerez pas à Sainte Flavie. Il faudra prendre vos petits pieds, votre petite voiture, et aller en direction de Mont-Joli pour trouver un minimum de vie urbaine. Le choix de restaurant est assez large mais si vous souhaitez vivre l’expérience gaspésienne à 100%, je vous conseille de vous rendre au resto-bar « Le Frédérike« . Vous n’y trouverez que des habitués et des locaux. Les prix sont agréablement bas et vous y mangerez une cuisine familiale et traditionnelle (c’est ici qu’il faut manger votre première poutine !!).

OU DORMIR:

J’ai séjourné une nuit dans le gite « La Maison Bleue« , chez Chloé et sa famille. Véritable havre de paix, cette maison en bord de mer est tellement douillette qu’on a envie d’y rester toute la journée. Le petit déjeuner est excellent, servi par les hôtes adorables dans le salon typique au coin du poêle. Bref tout est fait pour ne pas sortir.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-sainte flavie
Le gite de « La Maison bleue » ne se rate pas. Peint en bleu et en bord de route, il est parfait pour une halte d’un soir.

 

 

MATANE

Si vous avez le choix, ne vous arrêtez pas à Matane. Il n’y a (presque) rien à y voir et est loin d’être la ville la plus chaleureuse que j’ai pu visiter dans ce pays. Mais si comme moi vous avez tout de même prévu d’y séjourner pour quelques raisons obscures que ce soit, ne jetons pas la pierre à cette petite ville qui propose tout de même quelques chouettes attraits pour se divertir.

 

 

Le centre ville est assez mignon et on peut s’y balader facilement depuis les quartiers résidentiels des environs. On peut aller rapidement jusqu’au bord de mer pour observer le coucher de soleil, pour se réfugier ensuite dans un lieu chaud et cocooning. Pour cela, on remercie le Dieu Québécois d’avoir mis dans une si petite ville une adresse aussi géniale que la boulangerie/café/épicerie « Toujours Dimanche » qui propose des brunchs canons et de bonnes boissons chaudes, parfait pour y passer un après midi pluvieux. cof

Sur le trottoir d’en face (oui il n’y a qu’une seule rue principale de toute façon), vous trouverez la microbrasserie « La Fabrique » à l’ambiance conviviale. De bonnes bières et quelques plats sympas à la carte. Que des habitués ici également, super sympa donc si vous rêvez de vous faire des amis québécois!

 

 

Outre ces adresses du centre ville, c’est les environs de Matane que j’ai particulièrement aimé, comme les jolis villages ruraux autour d’Amqui ou du Lac Matapédia. Pour les photographes, ces villages sont une vraie bénédiction. En pleine journée, un jour de mauvais temps, avec leurs maisons en bardages et leurs rues très géométriques, ils se révèlent parfaitement photogéniques et les cinéphiles y verront volontiers des décors de films !

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie
Le village de Val-Brilliant, au bord du Lac de Matapédia

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie2

 

PARC NATIONAL DE LA GASPESIE & CAP CHAT

Après deux nuits à Matane, c’est Cap-Chat qui fut la prochaine étape de notre trajet. Et pourquoi me direz-vous ? Parce que cette ville se trouve tout près du très fameux Parc National de la Gaspésie, étape immanquable d’un séjour en Gaspésie (hé oui, on ne va pas à Avignon sans visiter le pont d’Avignon)La route 132 devient ici encore et toujours plus belle et les arrêts en bords de routes sont obligatoires. L’appareil photo nous démange beaucoup trop. Puis l’arrêt au phare de Cap Chat est inéluctable. Il représente à lui même tout ce que l’on vient chercher en Gaspésie. La sensation de bout du monde, les vagues qui s’écrasent au pied du phare, en bord de falaise, les plages sauvages en contrebas et le vent glacial qui nous fouette violemment le visage. Et le pompon sur la Garonne c’est que depuis le phare, un petit sentier descend à une plage déserte. Après la visite de ces lieux, il est alors impossible de ne pas en tomber amoureux. Et si comme moi vous vous amourachez pour cet endroit, sachez que de nombreux hébergements existent dans l’enceinte du phare comme des chalets écolos ou l’ancienne maison du gardien de phare (hop hop hop les réservations c’est par ici !).

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-phare-cap-chat
Le phare très cinématographique de Cap Chat

 

 

Direction ensuite le village de Saint Anne des Monts pour emprunter la route 299 en direction du Parc National de Gaspésie. L’entrée dans le parc se ponctue de « wahou », »trop beau », « Arrête toi ! Arrête toi je dois prendre des photos », et on se sent tout petit face à tant de nature merveilleuse, un peu comme Alan et Ellie lors de leur arrivée dans Jurassic Park . Mais avant de s’emballer et de partir à la recherche des orignaux et autres créatures fantastiques, pensez à payer votre entrée (8,50$ ) au centre de découvertes et de services! Conseil d’ami, les gardes forestiers ne vous rateront pas si vous les croisez sans avoir payé! Profitez de cette halte pour demander quelques conseils à ces derniers à propos de la difficulté des sentiers, de la météo ou des règles à respecter.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-gaspesie
A la mi Octobre, les arbres du parc sont déjà joliment saupoudrés de neige
julia-laffaille-focus-aventure-parc-gaspesie-paysage3
Voici l’une des nombreuses raisons pour laquelle on veut s’arrêter en bord de route

L’embarras du choix devient vite notre pire ennemi dans ce parc de plus de 800km2. Oui, il faut choisir parmi les très nombreux sentiers existants, entre le plus beau, le plus merveilleux et le plus wonderful. Pour ma part, j’ai d’abord fait une première randonnée au Mont Olivine (comptez 5h pour la boucle) avant de me rendre, avant la tombée de la nuit, au Mont Jacques Cartier. C’est dans ce dernier que les orignaux se font le plus « facilement » voir.

La première partie du sentier pour le Mont Olivine grimpe pas mal et n’est pas exceptionnelle, je l’avoue, mais le retour permet d’avoir une vue plongeante sur le lac du Diable avant de descendre au ras de celui ci sur des sentiers forestiers vraiment splendides. La foret est dense et malgré les petits piaulements d’oiseaux, je crois n’avoir jamais entendu un silence aussi grand que là bas.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie-parc
Au sommet du Mont Olivine, les geais ne tardent pas à déceler la moindre miette dans vos poches !  Loin d’être farouches, évitez de les nourrir même si c’est tentant.
julia-laffaille-focus-aventure-parc-gaspesie-paysage
Le fabuleux Lac du Diable depuis le sentier descendant du Mont Olivine

 

 

 

La boucle pour le Mont Cartier, plus à l’Est, est plus courte mais vraiment très belle. En début d’hiver, la foret saupoudrée de neige est une vraie merveille. Et si en plus les orignaux sont au rendez-vous, alors on a l’impression d’être Blanche Neige (sans les nains, sauf si vos amis sont petits). Petit conseil avisé : en fin de journées, les chances sont meilleures pour apercevoir les cervidés. Marchez à pas de loup, ne parlez pas fort et prenez le temps d’observer et d’écouter le moindre bruit. Alors, la magie opérera et vous les verrez surement.

julia-laffaille-focus-aventure-parc-gaspesie
Mon premier orignal au Mont Jacques Cartier !

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-gaspesie

 

OU MANGER:

Cap Chat est assurément une ville minuscule et ne comptez alors pas vraiment trouver un grand choix de restaurants (en Gaspésie, ne comptez plus trop sur des phrases du genre « on roule encore, il y aura forcément de quoi manger là bas! »). Bon ok, en fait il n’y a carrément rien pour manger à Cap Chat. Il faut alors aller plus à l’Est, à Saint-Anne Des Monts pour trouver au moins deux supers adresses. Pour une bonne petite pinte tout d’abord, il y a la microbrasserie « Le Malbord« . Vous n’y trouverez que des locaux et de bonnes bières artisanales, à boire en jouant à l’un des nombreux jeux de société prêté sur place. Et, si comme moi, vous ne marchez plus droit après une pinte, alors vous serez ravis de savoir qu’à la porte d’a côté se trouve le restaurant « Chez Bass » qui sert de supers bons burgers (big up au burger de luxe).

julia-laffaille-focus-aventure-gaspesie-restaurant
Assiettes généreuses et atmosphère familiale au restaurant « Chez Bass« 
julia-laffaille-focus-aventure-gaspesie-quebec7
Le grand et chaleureux bar « Le Malbord » à Saint-Anne-Des-Monts

OU DORMIR :

Qu’on se le dise, vous ne trouverez pas beaucoup d’adresses d’hébergements non plus à Cap Chat. Cependant, comme je suis hyyyyyyper sympa et que vous êtes des chanceux, je vous avoue le petit pied à terre que j’ai trouvé. Ça s’appelle « La Maison entre Mer et Montagnes » et c’est tenu par un couple adorable qui vous fera un petit déjeuner délicieux et saura vous donner plein d’adresses et conseils pour votre séjour dans la région. Bref, pas besoin de rappeler qu’un hébergement chez des locaux,  y a rien de mieux !

 

 

PARC NATIONAL DE FORILLON ET GASPE

Et c’est reparti pour 3h de route en direction de Gaspé. Et dois-je préciser qu’ici encore la route est de plus en plus incroyable ? Parce que véritablement elle l’est, incroyable. Et pour voir cette incroyable route il faut ABSOLUMENT longer la côte et rester sur la route 132, et non pas emprunter la route 198 qui coupe par l’intérieur des terres (on est plus à 1h près!). C’est cette route qui mène au bout du monde. Enfin au phare de cap Gaspé, le phare du Bout du Monde. Jules Verne a surement dû se tromper en parlant de l’île des Etats, le bout du monde est en Gaspésie, si si !julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie3

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie-phare
Paysages océaniques sur la route 132 en direction de Gaspé

Mais avant d’arriver aussi loin, l’arrêt est obligatoire, avant, au phare du Cap des Rosiers, parce qu’il est beau (mais je ne vais pas vous rappeler que tout est beau en Gaspésie) et aussi parce que c’est le plus haut du Canada (34 mètres)! Un ciel chargé, un océan un peu déchaîné et du vent dans les cheveux, voilà l’atmosphère parfaite qu’on imagine pour un phare et que j’ai eu la chance d’avoir sur place. Autour, tout est calme, alors on prend le temps, on s’assoit à côté de ce géant et on tente d’apercevoir, au loin, les baleines du coin. Et derrière nous, les terres que l’on peut apercevoir, vertes et généreuses, c’est le Parc Forillon, s’étalant déjà généreusement jusque là, comme pour venir nous chercher.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie-phare2
Le spectaculaire phare de Cap-des-Rosiers

 

 

Enfin, la route mène dans les terres du merveilleux Parc National de Forillon, sûrement mon parc et endroit préféré de ce voyage. Entre mer et foret, le parc s’étend en forme d’avancée jusqu’au phare du Cap Gaspé, le bout du monde, où aucune route ne va. Il faut donc descendre de son char et marcher, marcher et encore marcher pour atteindre ce coin de paradis. On arrivant du Nord,  le parking à côté du belvédère du Cap Bon-Ami permet de se garer et est le point de départ du sentier menant à la Grande Grave (très belle anse du parc) puis au phare du Cap Gaspé.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-forillon2
La plage immense et sauvage du Cap Bon-Ami

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-forillon4

En arrivant du Sud, on dépasse Cap-Aux-Os (village digne d’un film par son nom et son apparence), puis la fabuleuse maison Dolbel-Roberts (digne, elle aussi, d’un décor film) pour arriver à la fin du Boulevard de Grande Greve où l’on peut se garer. De là part le même sentier venant du Nord et menant au Cap Gaspé. Je vous conseille graaaandement de faire cette ballade en fin de journée. La première raison est que les couleurs y sont absolument wahou! Et la deuxième raison et que c’est un sentier emprunté par nos amis les ours et donc, si vous savez être un minimum silencieux, vous risquez de les croiser durant ces horaires, ou au moins leurs crottes, en plein milieu du chemin. Ce qui est certain c’est que les porc-épic, eux, vous les verrez (sur les sentiers, dans les arbres, dans les fourrés, everywhere!).

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-forillon7

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-parc-forillon8
Lumières dorées sur les falaises de l’Ouest du parc de Forillon

 

 

Le retour à l’urbanisation est ensuite assez difficile après avoir vu autant de nature, mais, heureusement, la ville de Gaspé a ce quelques chose de sauvage, de calme et de serein, propre à ces villes de Gaspésie que j’ai beaucoup aimé. On peut s’y balader comme chez soi, entre petites boutiques agréables et jolis quartiers résidentiels. La rue marchande principale (Rue de la Reine) est minuscule et, à l’image d’un village de poupées, bordée de façades carrées et colorées. Gaspé a définitivement su s’adapter et fait partie de ces villes qui ne dénaturent en rien leur environnement naturel riche et sauvage. De quoi réconcilier les amoureux de nature et de ville.

 

 

 

OU MANGER :

Vous vous en doutez, les adresses où manger dans la petite ville de Gaspé se comptent sur les doigts d’une main. Mais comme le disait notre cher Brassens, « La seule qualité des médiocres c’est la quantité« . Vous pourrez donc aller les yeux fermés à l’atypique « Café des Artistes » pour un petit déj’ ou un goûter dans ce cocon douillet à la déco hétéroclite étonnante, entre cale de bateau en bois et salon au style art déco.julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspe-cafe

 

 

Juste à côté sinon, le bistro bar « Brise Bise« ,réputé, est sympa pour s’y retrouver un soir d’hiver autour d’une bonne pinte servie par des serveurs rock’n’roll comme on les aime (là je fais le signe des cornes avec mes doigts mais vous le voyez pas). Les plats n’y sont cependant pas transcendants, en plus d’être assez chers, mais l’ambiance est là.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspe-restaurant

 

OU DORMIR :

Vous voulez vivre l’expérience nord Américaine jusqu’au bout ? On a tous vu au moins une fois un film américain où les personnages s’arrêtent pour dormir dans un fameux « motel » de bord de route, avec ses chambres rangées côte à côte, ses kitchenettes et ses meurtriers. Et bien vous pouvez trouver le même à Gaspé (sans les meurtriers, je crois) à « Hotel Plante » pour des prix très raisonnables et un large choix de chambres. En plus d’un confort impeccable dans les chambres, vous n’aurez qu’à faire 300m pour tomber sur la petite rue marchande.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspe-hotel

PERCE

Plus au Sud maintenant, Percé nous appelle comme les sirènes appelaient Ulyssse. Son joli village nous appelle, ses côtes cinématographiques nous appellent et, surtout, son gros caillou troué nous appelle ! Je n’ai fait que passer par Percé, m’arrêtant une petite demie heure pour observer le fameux rocher de Percé, mais je peux dire que le village mérite plus d’attention. Si vous avez la possibilité de vous y arrêter au moins une nuit, c’est bien, sauf en grosse période touristique (les magasins à touristes présents dans le village indiquent clairement qu’en pleine saison, c’est DisneyLand).

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-perce4
Aux alentours du rocher de Percé, les maisons sont typiques, posées en bord de falaise.

 

 

Pour observer de près le sublime rocher, il n’y a qu’à se rendre au point de vue prévu pour l’occasion, au bout de la Rue du Mont Joli. Mais pour observer le fameux trou du rocher, il vous faudra aller plus au Sud de la Route 132 afin d’avoir une vision plus frontale et encore plus épique. Pour ceux qui disposent de plus de temps, il est recommandé de partir visiter l’île de Bonaventure (voir les fous de Bassan et autres espèces dans le plus grand refuge d’oiseaux migrateurs d’Amérique du Nord !).

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-perce3

REJOINDRE RIMOUSKI PAR LE SUD

Roulements de tambour, j’ai un scoop à vous annoncer. Depuis Percé et jusqu’à Rimouski en passant par la route 132 du Sud, les paysages sont magnifiques ! Je sais, ça vous étonne, jusque là tout était moche (ironie). Donc voilà, ce tronçon de route est carrément fou! Pour ce voyage nous avions prévu de rentrer à Montréal, en s’arrêtant à Rimouski, par cette route au Sud, afin de faire le tour de la péninsule et non pas un aller retour depuis Gaspé. D’abord longeant les falaises, puis rentrant dans les terres au niveau de la merveilleuse Baie des Chaleurs (en vrai il n’y fait pas chaud du tout hein, c’est une arnaque), la route 132 est l’une des routes les plus agréables qu’il m’est été donné de faire. On traverse plusieurs villages comme l‘Anse à Beaufils, le Cap d’Espoir, Chandler etc…(même leurs noms de villes sont beaux!) et les occasions ne manquent donc pas pour s’arrêter en bord de route ou trouver des logements pour une nuit.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-gaspesie5
Sur la route qui nous ramène à Rimouski, les fermes et autres belles maisons se dessinent sur les côtés

L’arrivée à Rimouski se fait en fin de journée, après 6h30 de voiture et des paysages avalés tout au long de la journée. La fatigue pèse un peu et je n’ai donc pas pu profiter au maximum de cette ville dynamique. Pourtant, Dieu sait qu’après un séjour prolongé dans les petites villes de Gaspésie, Rimouski apparaît comme une mégalopole, un New York du Québec, et on ne sait plus où donner de la tête tant il y a de restaurants et de magasins. Malheureusement pour vous, c’est la ville où je suis restée le moins longtemps (10h au total) donc je n’ai qu’un très petit nombre d’adresses à vous conseiller.

 

OU MANGER A RIMOUSKI :

Pour le soir ou le midi tout d’abord, « Le Bercail » est une super adresse où on mange bien tout en faisant fonctionner la production locale. Le lieu ressemble au salon de tes potes et les serveurs t’accueillent comme leurs potes. De quoi y passer un bon moment!

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-rimouski-restaurant
Les Hots-dogs du « Bercail » sont délicieux et accompagnés de la meilleure salade de ma vie!

Et comme vous savez que peut importe le temps durant lequel je reste quelque part, je trouve toujours le moyen de tester une adresse pour le petit dej’ ou le goûter, alors, oui, j’ai quelque chose pour vous. Ça s’appelle « Finesse d’Alsace« , ça ressemble à une boulangerie assez commune mais ne vous méprenez pas, c’est extraordinaire! Pour les petits déjeuners, vous vous retrouverez avec des tranches de pain faits maison de la taille d’un bras (un petit bras mais un bras quand même) dans votre assiette. Et cet excellent pain est également utilisé pour les sandwichs alors tant mieux si vous passiez par là au moment du pic-nique. Ce qui m’a mis la puce à l’oreille pour cet endroit ? Il est rempli d’habitués !

cof
Petit déjeuner ultra généreux chez « Finesse d’Alsace » à Rimouski

 

OU DORMIR A RIMOUSKI :

Du simple, du mignon, du pratique ? C’est à « l’Auberge de la Vieille Maison » qu’il faut aller. Des nuits à 50€ environs pour une nuit dans une grande auberge chaleureuse à quelques minutes du centre ville. Appelez moi Julia-les-bons-tuyaux. Cette auberge est également un restaurant (des pâtes,des pizzas, des hamburgers etc…) au sous-sol. Les plus flemmards pourront donc faire un trajet chambre-repas en moins d’une minute.

 

 

MONTRÉAL

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal2

Comptiez-vous visiter le Québec sans faire une halte à Montréal ? Sérieusement? Ça serait comme visiter la Savoie sans manger de Tartiflette ou comme aller à Biarritz sans tester le surf. Même si vous êtes des gros sauvages amoureux de nature, vous pouvez faire un petit effort pour une escale à Montréal, vraiment. Parce que oui, Montréal profite d’une ambiance typiquement québécoise c’est à dire habitée par des gens ultra chaleureux rendant la ville ultra chaleureuse (même sous -10 degrès) et agréable, nous faisant presque oublier qu’elle est la deuxième ville la plus peuplée du Canada.

Vous le savez, ce que je préfère c’est flâner dans les rues, découvrir les quartiers plus résidentiels, regarder les habitants vivre leur quotidien et ça tombe bien car Montréal permet facilement cela.  Même si elle a de toute évidence les points communs avec les grandes villes, proposant des dizaines de musées, des centaines de magasins, elle reste tout de même très humaine et presque intime (malgré ses plus de 1 million d’habitants). En bref il est possible de faire de ce séjour en ville un savoureux mélange de déambulation dans des rues d’un calme étonnant et de découvertes de lieux culturels sans avoir l’impression d’être en plein Times Square.julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal

Pour les activités à faire, la première que je peux conseiller est le marché « Jean Talon » au Nord de la ville, dans le quartier de la Petite Italie . C’est un des plus vieux marchés public de Montréal et l’un des plus grands marché en plein air d’Amérique du Nord ! (On garde donc son enfant en laisse pour ne pas le perdre). On y trouve produits locaux, fleurs, fruits et légumes sur des centaines de stands, tant que les indécis ne seront pas où acheter leurs courgettes. Le bon plan est d’y aller entre midi et deux, quand la faim arrive lentement et que l’on goûte alors aux produits avec plaisir. Et pour les moins radins, le fond du marché propose un grand nombre de stands et petites restaurations pour manger sur le pouce (pizza, smoothies, huitres etc..)julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-marche-jean-talon

 

 

Le parc du Mont Royal ensuite, représente une superbe opportunité d’éliminer les poutines et hamburgers avalés dans la semaine. Parce que les chemins montent un peu mais pas trop (c’est un mont hein), parce qu’on se retrouve en pleine nature alors que l’on est en pleine ville et qu’on a alors l’impression d’y respirer l’air frais de la montagne. Après avoir visité les parcs de Gaspésie, ce parc n’a absolument rien d’impressionnant et de merveilleux, mais pour les claustrophobes de la ville il permet de retrouver un peu de nature le temps de la ballade. Le parc propose de superbes vues sur la ville et un grand nombre d’animations dans la partie basse (autour du monument à Sir George-Etienne Cartier).

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-parc-mont-royal2
Les vues grandioses sur la ville depuis le Mont-Royal se trouvent un peu partout dans le parc

Pour ce qui est des quartiers, le Plateau Mont Royal est sûrement l’un des plus connus de la ville. Cet arrondissement affiche la plus grande densité de population de la ville et l’on comprend vite pourquoi. A la fois populaire, huppé et branché, le « Plateau » vous en mettra plein les yeux avec ses graffitis immenses qui s’étalent sur les murs de briques rouges, avec ses boutiques beaucoup trop cool et ses restaurants qui donnent envie de manger toutes les heures (cf plus bas pour les adresses). Ce quartier est desservi par trois principaux axes : le Boulevard Saint Laurent, l‘Avenue du Mont Royal Est et Rue Rachel Est. Ils vous permettront de vous repérer facilement puisque la ville est taillée à l’américaine, c’est à dire bien carrée, bien perpendiculaire, bref un dédale de maniaque.

 

 

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-plateau4

Le quartier de Mile End, compris dans le quartier du Plateau Mont Royal, à l’Ouest,  fait partie de mes endroits préférés de la ville, comme beaucoup de personnes je suppose. J’y ai trouvé de nombreuses boutiques et des coins de rues photogéniques comme je les aime. C’est aussi dans ce quartier que je vous conseille de séjourner puisqu’il bénéficie d’une ambiance résidentielle très calme (élu comme l’un des meilleurs quartiers où il fait bon vivre) tout en étant proche du centre ville.

 

 

En cas de mauvais temps (on est quand même sur un important pourcentage de jours de pluie donc je dis ça seulement pour de la prévention hein), un grand nombre de musées offrent un abri bien agréable, comme le musées des Beaux-Arts, le musée d’Art Contemporain, le Centre des Sciences ou encore le musée des Ondes, pour les plus pointus d’entres vous. Personnellement j’ai préféré faire un tour à la « Cinémathèque Québécoise » pour son exposition permanente sur les effets spéciaux. Une merveille pour les cinéphiles !

 

 

Pour les sorties nocturnes, je vous conseille vivement les théâtres d’improvisation au « Medley Simple Malt » qui promettent une soirée beaucoup beaucoup trop drôle ! Les petites troupes d’acteurs d’improvisation se répartissent les jours de semaine et proposent des pièces improvisées durant lesquelles le public peut participer en votant, le tout en buvant de bonnes bières québécoises!

 

Bon, comme les plus urbains d’entres vous ont dû être extrêmement frustrés par autant de nature et aussi peu d’adresses de restos et boutiques jusque là dans cet article, et qu’ils ont été sages, voilà désormais le moment shopping ! Parce que oui, les amoureux de shopping seront les premiers à se rendre à Montréal tant la ville est remplie de boutiques originales et conceptuelles. Des friperies par dizaines, des petits magasins de créateurs par centaines, sans oublier les très, très, très nombreux autres magasins plus internationaux. Petit aperçu ici de mes coups de cœur !

– « Annex Vintage » . Petite boutique ultra branchée dans un style semi-gothique où vous trouverez des pin’s déments, des fringues de créateurs et de fripes, ou des bijoux super originaux.

-« Phototek« . Pour les amoureux de photos et vidéo, cette mini boutique que vous prendrez pour un vrai bazar au premier coup d’œil est une vraie caverne d’Ali Baba où on peut dénicher des pièces de collections si on est prêt à y mettre le prix.

– « Eva B ». Pour remplir votre garde robe de nouveaux vêtements pas vraiment nouveaux mais ultra cool. C’est tout simplement la friperie la plus barrée que j’ai vu de ma vie ! Sur plus de 400m2 (surement la taille du dressing de Paris Hilton), des vêtements par milliards, des costumes, des accessoires et même un café restaurant ! Et vous savez quoi ? Ils donnent des pop-corn et un vin chaud à l’entrée. Je sais, c’est incroyable, mais ça existe à Montréal.

 

 

 

OU MANGER ?

Pour ce qui est des restaurants, Montréal est une vraie boulimique de supers adresses. Comme beaucoup de grandes villes me direz-vous. Oui, sauf qu’à Montréal c’est encore mieux (jaipasvraimentdargumentmaiscestcommeçaunpointcesttout).

– « L’œufrier« . Pour des brunchs énormissimes! Je n’ai pas forcément aimé le style qui rappelle les chaines de restaurants (et d’ailleurs il y a en plusieurs dans la ville) mais il faut bien avouer que quand t’as faim, cet endroit est carrément parfait.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-loeufrier
Chez « L’œufrier« , on peut manger des œufs sous toutes les formes…ou des pancakes!

– « La pâtisserie Kouign Amann« .Pour goûter de délicieux Kouign Amann ! Comment ça tu ne connais pas cette patisserie ? C’est originaire de Bretagne et sa confection est connue pour être assez difficile (un mélange de pâte à pain et de feuilletage) alors quand une adresse se spécialise dedans, on fonce !!julia-laffaille-people-quebec

-« L’anecdote » . Pour Une poutine veau/menthe absolument delicious à partager dans un décor à l’américaine 60’s !julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-lanecdote

-« Blanc de Blanc« . Pour une pause café à Mile End dans un lieu super insolite puisque l’endroit est également…une buanderie !julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-blanc-de-blanc

– « Helm« . Pour une bonne bière accompagnée d’un bon burger dans une microbrasserie montréalaise comme on les aime, c’est à dire à la déco recherchée, aux serveurs jeunes et cool (et tatoués, of course) et aux prix relativement doux.julia-laffaille-focus-aventure-quebec-montreal-helm3

 

 

-« Boulangerie Guillaume« . Pour un petit déjeuner sur le pouce. C’est une boulangerie comme l’on peut trouver en France mais en vérité les produits y sont très différents ! Je vous conseille les produits salés (les pains mini-fesses patate cheddar ou les galettes pommes brie) qui sont très inventifs et ultra gourmands!

 

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-rue-montreal

Voilà, le récit de ce merveilleux road-trip s’achève ici et j’espère que tout cela a pu vous donner envie d’y partir ou d’y retourner. L’écriture de cet article m’a en tout cas, encore une fois, permis de me replonger avec passion dans ce voyage, non sans une certaine émotion puisqu’il fut très marquant pour moi. La beauté des paysages était bien plus belle que ce à quoi je m’attendais. L’hospitalité des québécois et gaspésiens encore plus chaleureuse que ce que je pensais. Et, surtout, se sentir, le temps d’un voyage, totalement déconnecté du reste du monde, comme au bout du monde, n’a pas de prix. La Gaspésie est pourtant solidement rattaché au continent canadien, géographiquement bien sûr mais aussi de part son histoire, sa culture, et, pourtant, elle est bien unique. Ce qui restera gravé à propos de ce voyage ? Sans aucun doute le sentiment d’être dans un autre espace-temps, propice aux rêveries.

 

LA VIDÉO SUR CE VOYAGE C’EST PAR ICI : 

 

A PRÉVOIR :

  • De bonnes chaussures de marche pour les randonnées dans les parcs
  • Un manteau coupe vent ET coupe pluie (imperméable oui)
  • Une bonne descente de bière
  • Des jumelles (parce que les animaux ne viendront pas se faire observer à vos pieds)
  • Une voiture à louer (même si fondamentalement la Gaspésie en bus c’est possible. Long mais possible).
  • Une carte ou un guide ( fidèle au Guide du Routard pour ma part!)
  • Un bon livre et quelques affaires de toilettes qui passent en soute (8h d’avion c’est un peu long). Je vous conseille la trousse de voyage de Forever Living, parfaite pour apporter partout avec vous des produits de qualité à base d’aloé vera.

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-sac-routard

julia-laffaille-focus-aventure-quebec-sac-routard-forever
Le Kit Travel* de la marque Forever est parfait pour les voyages en sac à dos. Des produits de qualité (shampoing, après-shampoing, dentifrice, crème et savon) qui prennent un minimum de place, juste ce qu’il faut pour rentrer en bagages cabines !
*Cet article n’est pas sponsorisé par la marque Forever

 

Vous voulez encore plus de photos de ce voyage ? Retrouvez sur mon site ma série « L’échappée Gaspésienne » réalisée en argentique, à la rencontre des paysages et habitants gaspésiens.

Publicités

24 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je suis fan des paysages québécois, en particulier tous ces phares que tu mets si bien en valeur. Oui, personne ne rentre déçu du Québec. Nous n’avons pas vu les mêmes lieux que toi là bas, mais c’était un régal identique

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Je suis amoureuse des phares en général mais ceux du Québec sont particulièrement magiques ! Ils peuvent servir de décor de films à eux tout seuls !
      Merci à toi pour ce commentaire 🙂

      J'aime

  2. Itinera Magica dit :

    J’adore tes photos de nature automnale, de reflets sur l’eau, d’oiseaux adorables… c’est vraiment beau, le Québec et la Gaspésie à l’automne !

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Oui en automne c’est magnifique, mais j’y retournerais bien en été, et en hiver, et au printemps aussi ^^ ce pays est fabuleux en toutes circonstances !

      J'aime

  3. chouetteworld dit :

    Super article tres complet!! Je ne connais pas la Gaspésie mais Ca me donne envie! Tes photos sont tres chouettes!

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Merci beaucoup 🙂 Je vous souhaite d’aller y faire un tour en famille, c’est magique !

      J'aime

  4. Lovely overview, since long high on our list, hope to get there one of the next years!

    J'aime

  5. trotteursaddict dit :

    Ton article nous rappelle notre superbe voyage en Gaspésie ! On a vraiment adoré surtout Percé et le joli parc de Forillon ! et puis voir les animaux en pleine nature, c’est que du bonheur !

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Ho oui le Parc Forillon c’est une merveille 🙂
      Je suis heureuse si ça vous rappelle de bons souvenirs !

      J'aime

  6. kikimagtravel dit :

    « le Canada , il faut y aller, il faut le vivre, au moins une fois dans sa vie.  » Déjà avec cette phrase on n’a qu’envie de lire la suite!!! Le Canada c’est indéniablement sur ma liste! Ca va de soi les paysages sont à couper le souffle et je veux voir ca une fois dans ma vie c’est certain. Y a pas à tortiller tu donnes envie d’y aller, de prendre même un aller sans retour !! Tu nous détaille tout que ce soit budget ou organisation c’est top ca me servira un jour je l’espère!! Par contre au niveau de la descente de bières, j’aime pas la bière mais je ferais d’autres descentes hihi

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Haha pas de soucis il y a plein d’autres choses à faire même si tu n’aimes pas la bière 😉 En tout cas je suis super heureuse que mon article te donne envie, en effet, c’est indéniable tu DOIS aller au Canada 😉 Et moi je DOIS y retourner haha !
      Des bisous à toi 🙂

      Aimé par 1 personne

  7. Oh mais comme c’est beau !! Je l’attendais ce bel article; tes photos m’ont tellement fait rêver !!! Tes photos sont magiques et retranscrivent vraiment l’ambiance, que ce soit à travers les paysages, les détails où les portraits !!Trop drôle le nom de l’anse mouille-cul j’adore !!! Et la forêt saupoudrée de neige à la Jurassic Park, c’est de la pure folie !!! Tu me donnes de grosses envies de Canada !!! Merci pour ce bel article !!

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Hooo t’es adorable ! 🙂 Si j’ai réussi à te donner envie je suis la plus heureuse ! Mais de toute façon, qui n’aurait pas envie d’aller au Canada ?? Ce pays est un vrai trésor !

      J'aime

  8. Lauriane dit :

    Tu déclenches tout un tas d’envies culinaires tout à fait en décalage avec la température qu’il fait là où je suis !
    Les paysages du parc national de la Gaspésie, le Mont Jacques Cartier sont carrément à tomber, surtout avec ce saupoudrage de neige comme tu dis ! Et puis tu as vu des orignaux, un porc-epic, je meurs de jalousie 🙂 Même le motel est trop chou ! C’est carrément le bon plan s’il est proche de la ville, c’est d’habitude pas vraiment leur qualité première !

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Coucou Lauriane ! Oui j’imagine que ça doit être à cent mille lieux des paysages que tu as actuellement ! Et j’avoue que le porc-épic a été mon animal chouchou, ils sont tellement détendus, à faire leur vie sans se préoccuper des gens autour ^^ Des bisous à toi, j’espère que tout va bien 🙂

      J'aime

  9. Quel régal tes photos ! La Gaspésie a vraiment l’air d’être un endroit à part… Encore un de ces endroits qui fait que t’as l’impression de partir pour très longtemps, très loin…

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Merci Alex pour gentil commentaire 🙂
      Oui la Gaspésie c’est exactement ça (en tout cas comme je l’ai vécu ) : un lieu à part qui semble détaché du reste du monde ! Bref d’une sérénité incroyable !

      J'aime

  10. Julie dit :

    Les photos des paysages sont vraiment très belles ! Je suis bien d’accord sur le fait que le Canada se visite surtout pour ses paysages. Je suis seulement allée à Vancouver, et ce pour quelques jours. C’était sympa mais ce que j’ai aimé par dessus tout c’est vraiment de sortir de la ville et de se promener dans les montagnes et glaciers. J’ai visité le Joffre Lakes Provincial Park, et c’était clairement le plus beau paysage que j’ai pu voir jusqu’à maintenant. C’était si pur et calme ! J’aimerais beaucoup visiter le Québec et les environs, et cet article me donne encore plus envie !

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Merci Julie pour ce beau commentaire 🙂 Je rêve de partir vers Vancouver, la côte Ouest doit avoir son lot de merveilles aussi !
      Même si beaucoup de villes canadiennes sont très sympas à faire (Vancouver doit être bien chouette d’ailleurs!), je pense en effet qu’un voyage au Canada se fait surtout pour sa nature et ses paysages grandioses.
      En tout cas je pense que peu importe l’endroit, je tomberai toujours amoureuse du Canada 🙂

      J'aime

  11. Tes photos sont très jolies! C’est vrai que le Canada me dit bien, un jour c’est sur j’irai visiter ce beau pays 🙂 Merci pour cet article en tout cas, a bientôt !

    J'aime

    1. FocusAventure dit :

      Merci beaucoup Emilie pour ce gentil commentaire 🙂 Le Canada est à faire au moins une fois dans sa vie c’est certain ! Pour ma part j’espère pouvoir aller découvrir le reste du territoire canadien très prochainement 🙂

      Aimé par 1 personne

  12. deuxevades dit :

    Magnifique article ! J’approuve à 200% ton choix de visiter la Gaspésie. Une de nos régions préférées du Québec !
    Tes photos d’octobre à mi-chemin sur l’été indien et l’hiver sont superbes. Notre coup de cœur a aussi été le Parc Forillon, le plus beau parc du Québec selon nous.

    Par contre, non non non, je ne peux pas te laisser dire qu’il n’y a pas beaucoup de musées à Montréal ! D’ailleurs après tu parles d’un grand nombre de musées à Montréal. Donc je me dis que tu as peut-être changé d’avis ou que tu t’es trompée au début de l’article 😉
    J’avais écrit un billet sur les musées montréalais. D’ailleurs, c’est un très bon choix la Cinémathèque. C’est rare que les visiteurs pensent à aller le voir et pourtant il est très intéressant !
    – Laura

    J'aime

    1. Hey merci pour ce commentaire Laura 🙂
      Par contre je ne retrouve pas où j’ai marqué qu’il n’y a pas beaucoup de musées à Montréal ^^ Peux-tu me donner la phrase parce que ça me met le doute !
      En tout cas j’espère pouvoir revenir au Québec pour visiter toooous les endroits où je n’ai pas pu aller 🙂

      J'aime

      1. deuxevades dit :

        Dans la partie « combien de temps pour visiter? » au début.
        J’espère aussi que tu aura l’occasion d’y retourner, il y a énormément de lieu à visiter surtout pour une amoureuse de la nature comme toi 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s