Un mariage en Ecosse

En juillet dernier, alors qu’un manque de voyage commençait sérieusement à se faire sentir depuis le dernier , j’ai eu l’occasion d’accompagner en Ecosse deux amis fraîchement mariés pour leur lune de miel, accompagnés de toute leur bande de copains. Et, comme mes amis ont bon gout, forcément, imaginez mon bonheur quand j’apprends que, en plus de découvrir un nouveau pays encore inconnu, ce séjour se déroulerait dans un gite en plein Highlands, dans le Glen Affric, perdu et accessible seulement après 15km de randonnée!

Alors, l’addition de toutes ces satisfactions accumulées s’est rapidement fait dans ma tête: Vacances avec les copains + nouveau voyage + randonnée + nature + décors écossais pour des photos de mariage, et me voilà alors partie, le sourire au visage pour quatre jours inoubliables.

Lyon-Edimbourg, 2h c’est plié, et nous voilà sur les terres écossaises. Pas le temps de découvrir la capitale, direction le loueur de voiture pour rejoindre Inverness, territoire des loups et des elfes. Enfin, surtout, c’est là que nous attend le logement du soir. Sur la côte Nord Est du pays, Inverness marque le début des Highlands, ce territoire d’où naissent légendes et contes et d’où, je vous assure, on ne ressort pas indemne. Sur la route, les premières ambiances écossaises se font ressentir, les premières gouttes tombent du ciel gris et les premières grandes étendues vertes se font voir. Haaaa l’Ecosse exactement comme je me l’étais imaginée !julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-6julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-5

Bref mais revenons-en à nos panses de moutons. Inverness. Qu’on se le dise, cette jolie ville de 62000 habitants, située entre une embouchure de la mer du Nord et les terres mystérieuses du Nord, sait accueillir les visiteurs avec ses rues vivantes et ses bars chaleureux qui donneraient même envie à un non buveur de bières de rentrer trinquer. Les plus fêtards trouveront donc sans aucun soucis de quoi assouvir leur soif dans les rues de la ville. Mais avant de boire, on jette un coup d’œil aux bâtiments plus que jolis qui encadrent ces rues. Avec ses architectures en briques rouges et ses détails de style néo-gothique, on se trouve clairement sur des décors typiquement anglais (à la Harry Potter), derrière lesquels on s’imagine aisément avec une tasse de thé (promis après j’arrête pour les comparaisons avec les anglais.). Bref Inverness, même si elle représente surtout un point de passage pour tous les sites touristiques alentours, mérite un petit détour!julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-9julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-11

Pour manger, je vous le dis, rien de mieux que les mêmes pubs où vous étiez pour l’apéro (je sais que vous y étiez). C’est là que vous trouverez de bonnes grosses assiettes de burgers, fishs and chips et autres mets délicieux qui s’accordent, comme de par hasard, parfaitement avec une bonne bière. Pas besoin de bouger ses fesses donc entre le repas et l’apéro. Merci les pays anglo-saxons ! Et pour les adresses je vous conseille le « Platform 8« , le « Phoenix Ale House » ou encore  « The Auctioneers« . Ambiance assurée les soirs de match !julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-7julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-12

Il est ensuite l’heure de dormir pour être en pleine forme pour demain car une longue épopée nous attend. Et pour l’occasion, c’est l’hôtel/auberge de jeunesse « The Highland Backpackers Inverness « , parfaitement situé dans la ville, qui a eu la chance, que dis-je, l’honneur, de nous accueillir pour cette première nuit sur les terres écossaises. Ni une ni deux les duvets sont dépliés, les corps enveloppés, et je rêve déjà aux paysages que je découvrirai demain.

 

Jour 1

« Bien déjeuner tu devras, avant de partir à l’aventure » m’a toujours dit ma maman. Et comme une maman a toujours raison, on se dirige ni une ni deux vers « The Red Pepper » pour un petit déjeuner so british qui respecte bien la devise écossaise « aucune fibre tu n’avaleras durant tes repas » mais qui aura le mérite de tenir au ventre pour la journée!julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-8

Puis c’est parti en direction de Cannich , à une quarantaine de kilomètres d’Inverness, à l’Ouest, pour rejoindre le parking où on laissera la voiture. C’est ici que débutera la randonnée en direction du gite du Glen Affric, à travers la vallée où coule paisiblement la rivière Affric. Au départ, 14km nous sépare du départ jusqu’au gite. D’abord caché par les arbres, le paysage finit enfin par se dévoiler après quelques pas sur le sentier. Ces quelques pas suffisent d’ailleurs à me confirmer que je pourrais vivre ici sans problème. La nature y est encore sauvage et si le sentier n’existait pas,  on pourrait croire que nous sommes les premiers Hommes à marcher sur ces terres. Mais ne rêvons pas trop, les paradis sont toujours occupés par des plus rapides que nous. J’imagine alors aisément à quel point la vie doit être assez agréable pour les habitants de la première maison que l’on croise, en bordure de lac, ainsi que pour les propriétaires du château un peu plus loin… julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-14

Puis le sentier rentre de plus en plus au cœur de la vallée, les reliefs se forment devant nous, doux et recouverts de cette herbe verte et grasse qui donne aux paysages d’ici un air de jungle rase. Il fait grand soleil et j’en viens quelques fois à être déçue de ne pas avoir le ciel gris qui s’accorde si bien à ces paysages. Mais peut-on vraiment se plaindre de ça ? Le chemin est splendide et passe par dessus quelques cours d’eau, frais mais revigorants pour les quelques pieds endoloris. Puis c’est la pause pique-nique. La belle vaisselle n’est pas au rendez-vous et pourtant ce sont eux, les meilleurs repas. Sandwichs rapidement engloutis, épiés par les quelques cerfs qui nous surplombent sur les crêtes voisines, nous repartons en nous enfonçant toujours plus dans cette combe mystique, le soleil à nos côtés. Si j’avais su que je crèverais de chaud en écosse…julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-2

julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-18

A chaque petit dénivelé passé, c’est un nouveau panorama qui s’ouvre devant nous. Le paysage change et l’on voit un peu plus loin, jusqu’au prochain virage. Nous longeons le cours d’eau qui, lui aussi, s’enfonce petit à petit dans ces paysages épiques. Je ne fais pas de cheval et pourtant je m’imagine parfaitement sur mon fidèle destrier, au galop à travers ces immenses plaines, traversant de plein fouet les nuages de midges. Ha ! je ne vous ai pas parlé des midges ?? hahahahhahaha (*rire démonique*). Culicoides Impunctatus de leur joli petit nom, les midges, ou « calvaire d’écosse »(by me) est un moustique, somme très mignon, extrêmement et hautement énervant. Tandis que tu te promènes gentiment et gaiement sur ces plaines d’highlands qui te font rêver, voilà que des nuages de milliards (oui oui) de ces moustiques viennent littéralement manger ton visage, tes mains, tes yeux, bref, tout ce que tu laisses à l’air libre. Et je dis bien « manger », et non pas « piquer » car la sensation est vraiment celle d’un insecte qui vous dévore. La démangeaison ultérieure n’en est que plus agréable, bien entendu. Particulièrement actifs avant le coucher du soleil, ces nuées d’insectes prendront un malin plaisir à vous attendre à la sortie des tentes, gîtes et autres refuges pour humains. La dernière bonne nouvelle ? Il n’y a aucune lotion préventive qui ne fonctionne réellement à part une bonne vieille moustiquaire à vous mettre sur le visage pour être au top du style.julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-19

Mais l’émerveillement, je vous le jure, dépasse ce petit désagrément et on se dit qu’au moins, on aura vécu l’Ecosse, la vraie !

On arrive ensuite en fin de journée au « Glen Affric Youth Hostel », petit gite planté en plein milieu de ces infinies étendues, accueillis chaleureusement par le gardien des lieux qu’on comprend rapidement fou amoureux des lieux. A l’intérieur, c’est le coup de foudre immédiat! Petit salon cosy, cuisine immense et, surtout, un joli poêle déjà allumé qui n’attend que nous (et nos chaussettes mouillées à faire sécher). Dehors, il fait encore jour et beau, mais après ces heures de randonnée et au vu de cet intérieur plus qu’accueillant, nous restons dedans avec des thés chauds et des jeux de carte, après avoir posé nos sacs dans les dortoirs. Cette première soirée entre amis, à l’abri des midges, pouvait commencer.

 

JOUR 2 

La deuxième journée fut placée sous le signe de l’exploration des alentours du gite. Après être arrivés assez tard la veille, nous n’avions pas pris le temps d’aller plus loin pour découvrir. Alors, aujourd’hui, chacun part dans la direction qui l’attire. Est, Ouest, Sud, Nord, tout est possible ici. En tout cas, c’est ce que semble nous dire cet endroit. Pour ma part, je décide de prendre un peu de hauteur en grimpant à l’Ouest, pile en face du gite. L’important dénivelé est gratifié d’une vue exceptionnelle sur toute la combe et les vallées alentour. Certes je ne sens plus mes oreilles à cause du vent, mais, après tout, je peux bien perdre une oreille pour cette vue. Et la lumière…cette lumière ! Comme des projecteurs venant frapper divinement une zone, puis une autre, pour nous inviter à regarder patiemment chaque parcelle de ces paysages un à un…julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-22

Puis c’est l’heure de la cérémonie de nos mariés. Amoureux de l’Ecosse depuis leur rencontre, c’est dans ce gite qu’ils ont souhaité revenir pour symboliser leur union, entourés de leurs proches. Le vent dans les cheveux, les Highlands nous entourant et les discours des amis rythmèrent ce beau moment. Je ne m’étendrai pas sur ce moment plus privé de ce voyage mais voici les décors qui ont servi à la séance photo des amoureux (pour en voir plus, rendez-vous sur mon site ) :julia-laffaille-mariage-ecosse-2018

La journée se termine avec la dernière soirée passée dans ce gite, au rythme de parties de cartes endiablées et de kilos de pâtes à la sauce. Je ne le redirai vraiment jamais assez mais définitivement, ce sont toujours ces repas les meilleurs. Ceux faits avec les moyens du bord, partagés entre amis au milieu de paysages enivrants, hors du temps.

 

JOUR 3 

La randonnée du retour se fait sous la pluie. Ben oui, quand même, l’Ecosse sans pluie n’est pas vraiment l’Ecosse, non ? Emmitouflés dans nos Kway (ne comptez pas vous rendre en Ecosse sans Kway, aussi indispensable que du parmesan sur des pâtes au pesto),  les paysages autour de nous se parent d’un ciel menaçant, contrastant à merveille avec ces plaines vertes. Nous empruntons un sentier différent qu’à l’aller, longeant cette fois ci la rivière Affric par le bas et profitant ainsi de décors encore différents, presque méditerranéens. Cette fois ci l’eau du Loch Affric ne reflète plus le bleu du ciel. Grande mare noire, épaisse, on imagine presque des créatures fantastiques en sortir. julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-23julia-laffaille-focus-aventure-ecosse-2018-24

Puis c’est le retour au chemin plus large, au parking puis à la civilisation. Scénario semblable à l’aller, nous retrouvons Inverness et son appel à la fête, aux fish and chips et aux litres de bières pour une dernière soirée chez nos amis écossais.

Nous sommes le 15 Juillet 2018, il est 20h, nous sommes sales et fatigués, nous sommes dans un bar entourés d’écossais et les français gagnent la Coupe du Monde de Football. Peut-on faire un souvenir aussi mémorable que ce soir là ?

Merci les copains ❤

 

LA VIDÉO DE CE SÉJOUR :

Publicités

11 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Itinera magica dit :

    Quelle belle aventure ! J’adore ta façon de raconter ces ambiances et émotions !

    J'aime

    1. Merci beaucoup ma belle ! Je ne voulais pas que cet article soit trop intrusif car c’était un moment qui appartenait à mes amis, à leur mariage… J’espère donc avoir réussi à dégager l’émotion qu’il y a eu sans que cela rentre trop dans leur vie privée 🙂

      J'aime

  2. Stef dit :

    Quel beau récit, je me revois qq années en arrière lors de mon 1er séjour en Ecosse. Et ma rencontre avec les midges…!! Tellement vrai ce que tu racontes ! Bon maintenant tu m’as donné envie d’y retourner !

    J'aime

    1. Haha je suis contente si cela t’a rappelé des souvenirs 🙂 Et concernant les midges, figure toi que par rapport à mes amis je n’ai pas été beaucoup piquée, seulement 2 ou 3 fois ! Je ne devais pas être à leur gout….^^

      J'aime

  3. C’est beau. Tout simplement beau.
    Et l’Écosse me manque tellement.

    Les midges. Ah, les midges. Je les attire, ils m’aiment. Même en automne ! Mais je m’y suis habituée (sauf quand ils rentrent dans ta narine, y’a des limites).

    Voilà, j’ai envie de pleurer. De bonheur parce que l’Écosse me fait penser aux meilleurs moments de ma vie. Et de tristesse, parce qu’elle me manque et que j’ai le mal du pays.

    xxx

    J'aime

    1. Tellement gentil et beau ton commentaire Clémentine ! Merci infiniment ❤
      Je crois que l'Ecosse fait vraiment partie de ces pays que tu gardes dans la peau une fois que tu l'as découvert… On s'y fait forcément des souvenirs merveilleux et comme tu as pu le voir, pour moi aussi ça été le lieu de moments extraordinaires !
      Je te souhaite d'y retourner un jour 🙂
      Bisous bisous !

      J'aime

      1. Merci pour ta reponse. 🙂

        Je suis totalement d’accord. Ce pays me hante, avec amour, depuis notre première rencontre.

        J’y retourne, chaque année. Et, à chaque fois, le retour est dur.
        Ce que je souhaite du plus profond de mon cœur, c’est d’y rester pour toujours. ❤

        Aimé par 1 personne

  4. kikimagtravel dit :

    Il faut savoir avant tout que je suis une amoureuse de l’Ecosse. Pour moi, c’est un des plus beaux voyages que j’ai fait à l’heure actuelle. Il me marquera à vie. Et lire ce bel article, me replonge dans cette magnifique ambiance. Ton article est juste superbe et fait partie des plus beaux articles que j’ai pu lire sur l’Ecosse. Par contre, je n’ai jamais rencontré les « Culicoides Impunctatus ». Et je suis bien contente d’ailleurs parce qu’ils m’ont pas l’air des plus sympathiques haha . Malheureusement, on est obligé de faire avec! Ils font parties du décor mais je t’avoue préféré les moutons aux moustiques. Et je n’ai pas peur de le dire ( j’espère qu’il m’attaqueront pas pour ce que je viens de dire la prochaine fois que j’irais en Ecosse ) bref merci pour cette belle parenthèse 🙂

    J'aime

    1. Je te remercie énormément pour ce très gentil commentaire Laetitia, il m’a beaucoup touché 🙂 Je ne suis restée que 3jours et demi en Ecosse et je suis heureuse si j’ai tout de même réussi à retranscrire l’ambiance si particulière de ce pays qui, en effet, marque à jamais ! Je suis par contre étonnée que tu n’ai pas rencontré les midges ! A quelle période l’année y es tu allée ? 🙂
      PS : moi aussi je préfère les moutons 😀

      Aimé par 1 personne

      1. kikimagtravel dit :

        J’y suis allé en octobre. Et rien du tout ! C’est fou quand même !

        Aimé par 1 personne

      2. Haha, malheureusement, on peut en croiser AUSSI en octobre (des midges) (des moutons aussi, hein).
        Enfin… Surtout moi, en fait. Punaise, ils m’aiment tellement… Un peu trop même.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s