De villages en sentiers dans le Lot

En Septembre, j’ai eu l’honneur d’être invitée par l’Agence de Développement Touristique du Lot pour réaliser un reportage de 3 jours sur ce département que, je l’avoue, ne connaissait absolument pas jusque là, indigne française que je suis! Et, parce que mon travail photographique est essentiellement tourné vers la nature et les rencontres, le Lot m’a donc proposé un programme à la hauteur de tout cela et même plus ! Un savoureux mélange de randonnées, d’artisanat, de terroir et, bien sûr, de rencontres m’attendait dans cette fabuleuse Vallée de la Dordogne.

Laissez-moi donc vous conter pourquoi et en quoi ce séjour dans le Lot était absolument inoubliable.

Tout commence par un voyage. 10h d’avion ou quelques heures en voitures, peut importe, un voyage peut être à l’autre bout du monde ou à quelques minutes de chez soi. Ici, tout a commencé par 4h de voiture, de Lyon à Martel, première ville lotoise que j’allais découvrir. Ce séjour ne pouvait donc pas mieux débuter que par un mini road trip à travers les premiers paysages que je découvris en sortant des grands axes. D’abord les forets du Roannais, puis les nuages gris au dessus de l’Auvergne et les déserts infinis du Cantal. Puis, c’est l’arrivée à Martel.julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8724

Je fais donc mes premiers pas dans le Lot en découvrant cette très jolie cité médiévale, fondée au 11ème siècle. Le genre de petite ville dans laquelle on aime se perdre entre les ruelles typiques dignes d’un village de conte de fée. Egalement appelée « la ville aux sept Tours », la commune de Martel est un vrai condensé d’histoire qui fascinera donc les spécialistes mais pas que! Même sans avoir un œil aguerri, on se balade émerveillé par la très belle architecture des lieux, son église, ses halles couvertes et ses nombreuses tours cachées un peu partout. On s’attarde facilement sur les beaux détails du village comme les nombreuses enseignes de style médiéval,  mon petit coup de cœur, accrochées à l’entrée des boutiques et restaurants de la ville, rendant les lieux encore plus dépaysants!

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8733
La tour d’escalier en vis de l’hôtel Fabri, à Martel

 

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8717
L’église Saint-Maur de Martel

On avale rapidement sandwiches et chips en guise de pique nique (un meilleur repas nous attend le soir) pour repartir en direction de notre deuxième étape de la journée : Rocamadour ! Quelques minutes en voiture suffisent à rejoindre ce lieu mythique, rempli chaque jour par des visiteurs venus du monde entier pour découvrir cette ville extraordinaire. On s’arrête une première fois au niveau de la commune de L’Hospitalet depuis laquelle un panorama impressionnant s’ouvre sur la cité. Première vision sur cette ville hors du commun, surplombant fièrement la vallée. D’ici, nous voyons le fabuleux vol des corbeaux, buses et autres oiseaux venus nicher sur les parois de Rocamadour. Le spectacle est sublime et nous plonge dans une autre époque.

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8728
Vue sur la cité de Rocamadour depuis le panorama de L’Hospitalet

Puis la route descend jusqu’au parking (gratuit) en bas de la cité. Les moins courageux pourront ensuite monter en petit train (pas gratuit) tandis que les autres montent par les escaliers jusqu’à l’entrée de la ville. Disons le, dès l’arrivée, l’architecture nous transporte ! Des gens habitent vraiment ici ?? Ce n’est pas un décor de cinéma ? Parce que oui, la cité religieuse de Rocamadour, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, bien évidemment, vous fera très certainement ce choc. Elle fait partie de ces villes qui justifient à elles seules un voyage depuis l’autre bout de la terre pour découvrir la beauté et la richesse du patrimoine français. Elle est vertigineuse. Presque troglodyte à certains endroits, la cité est construite tout contre la paroi, à bord de falaise, et l’on parcourt ses rues de plus en plus étonnés par ce que l’Homme a construit ici. Seule la rue marchande principale, La Rue de la Couronnerie, en bas de la cité religieuse, dénote un peu par les nombreux commerces installés là. Mais ce passage fera le bonheur des touristes souhaitant ramener quelques souvenirs d’ici et les autres l’oublieront très vite dès l’entrée dans le sanctuaire, après la montée des marches du Grand Escalier, qui nous donne la « claque » finale. On se promène alors dans les coins et recoins, depuis l’époustouflant parvis, entre la basilique Saint Sauveur, la Chapelle Saint-Louis Notre Dame d’Ovalie, la Porte Sainte ou encore l’ancien palais abbatial. Autant de merveilles qui nous laissent sans voix. Tout ici est extraordinaire, que ce soit les détails qui ornent fenêtres, portes et intérieurs, jusqu’à l’ambiance totalement mystique qui règne ici. C’est certain, à Rocamadour, même les moins pieux seront pris d’une terrible envie de rentrer dans les ordres pour profiter de cet endroit tous les jours. julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8757julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8765

 

Nous finissons la visite avec la rue Roquefraiche, en prolongement de la rue principale, et ses maisons biscornues desquelles on imagine voir sortir Blanc Neige et ses amis. La rue relie la cité de Rocamadour au hameau, en bas, de Roquefraiche. Plus populaire, on se doute qu’ici, à l’époque, les gilets devaient être guenilles et les repas essentiellement composés de patates. Et pourtant, aujourd’hui, on s’y voit vivre avec grand plaisir !julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8785julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8789

La chaleur se fait moins forte, la lumière plus rasante et les façades de la cité se dorent petit à petit pour un nouveau spectacle. Il est alors l’heure  de nous rendre au logement à quelques minutes en voiture seulement de la cité de Rocamadour, à Alvignac plus précisément. Touche finale de cette première journée merveilleuse, cerise sur le gâteau, pompon sur la Garonne, voilà ce que fut cette chambre d’hôte à mes yeux ! Ayant parfaitement compris ma passion pour les rencontres et le terroir, l’organisation touristique du Lot m’avait alors prévu les deux nuits chez Marie et Yves, tenant la chambre et table d’hôte « Le Bout du Roc » ainsi qu’un élevage de brebis. Adorable couple amoureux de leur région, c’est avec passion qu’ils nous ont fait découvrir la gastronomie et la vie authentique des campagnes lotoises, autour de repas succulents, entièrement composés de produits locaux. Et tout ça accompagné de quoi ? D’une gentillesse infinie et d’un cadre paradisiaque, perdu au milieu de la campagne quercynoise. Mais avant le repas, nous partons rencontrer Yves à son élevage, à quelques minutes de la maison, pour qu’il nous parle de son métier. Le lotois, accompagné de ses trois fidèles chiens, nous explique le quotidien auprès de ses bêtes et l’on ressent rapidement la tendresse qu’il leur porte. Importance du bien être des animaux, mise en avant du terroir et respect de la nature sont autant de points primordiaux pour Yves. Notre curiosité nourrie, nous repartons rejoindre Marie et le repas excellent qui nous attend. Nous nous couchons donc le premier soir le ventre bien tendu et les yeux fatigués dans cette maison chaleureuse.julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8939julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8924

Le réveil sonne à 8h en ce deuxième jour. Pas le temps d’niaiser, un beau programme nous attend. Nous avons encore le ventre bien tendu de la veille mais ce n’est pas dans les habitudes de Marie de laisser ses invités mourir de faim. Alors, après une nuit parfaitement reposante, la table généreuse du petit déjeuner s’offre sous nos yeux. Confitures maisons délicieuses, pains aux noix (désolée les Isérois, il y a aussi des noix dans le Lot), café, jus d’orange… C’est toujours plus repus que nous partons pour notre rendez-vous à Siran, sur la commune de LoubressacC’est là que nous faisons notre première randonnée dans le Lot, au cirque d’Autoire plus exactement, avec un accompagnateur spécialisé, David. Et pourquoi ce cirque d’Autoire me direz-vous ? Et bien car il s’agit d’un ENS, soit un Ensemble Naturel Sensible départemental. Et qu’est ce donc un Espace Naturel Sensible me direz-vous ? Et bien c’est un espace protégé pour la qualité de son paysage, de sa faune et flore, son caractère menacé et vulnérable, dont le but est la sauvegarde mais également l’ouverture au public (sauf cas particuliers).

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8798
Les lumières dorées du matin sur le Cirque d’Autoire

La boucle autour de cet ENS commence alors aux abords de la Ferme de Siran, (productrice de miel, de confitures, de safran et de laine mohair!), sur les hauteurs du Cirque. En contrebas, la vallée, combe douce et large, est à moitié éclairée à cette heure de la journée. Sur les parois rocheuses, des centaines d’hirondelles virevoltent au dessus du vide avant de retourner dans les nids, et ce, inlassablement. Et l’on me dit dans l’oreillette que, pas loin, méticuleusement cachés, s’abritent un couple de faucons pèlerins …

 

Le chemin nous descend petit à petit jusqu’à atteindre les bords plus frais du ruisseau d’Autoire. Une pause s’impose sur la descente pour voir les vestiges du Château des Anglais, ou Château Fort de la Roque d’Autoire, accroché à flan de falaise, dont la plus vieille partie date du 13ème siècle. Avec ses 28m de long et 2m de large, le château servait essentiellement à la défense de la vallée, même si quelques parties laissent penser à d’éventuels aménagements pour des séjours plus longs. Ce qui est certain c’est que, d’ici, c’est un belvédère parfait pour admirer la ville d’Autoire et ses alentours!

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8824
Les restes du Château fort de la Roque d’Autoire

Après quelques mètres le long du ruisseau nous arrivons au saint Graal : la cascade d’Autoire ! On se retrouve alors plongés dans un univers unique, presque exotique. La nature est verte et généreuse, presque amazonienne, alors que plus haut, quelques minutes auparavant, des paysages plus arides s’étendaient sous nos yeux. Des kilos de mousse s’agrippent à la paroi de la cascade tandis qu’au sol, sur les bordures du lit calcaire de la rivière, ce sont des tapis de fougères. Le vert est partout. Un véritable micro climat accompagné de son écosystème se sont installés ici, sur les parois de cette cascade, au point d’interdire toute activité d’escalade. C’est beau. Très beau. Pas besoin de plus pour comprendre l’importance de préserver cet endroit.julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8778

 

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8772

3h et beaucoup de discussions passionnantes après, nous sommes de retour au parking et à la chaleur estivale, changement brutal après la fraîcheur de la cascade. Après avoir chaleureusement remercié David pour cette belle matinée, nous repartons vers Loubressac pour explorer les rue fortifiées de ce village classé parmi les plus beaux villages de France!

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8847
Porche d’entrée du très beau village de Loubressac

Ni une ni deux les appareils photos sont ressortis pour photographier ce village aussi beau de loin que de près. Perché sur un éperon rocheux, c’est d’abord de loin, depuis la route, que l’on aperçoit ses toits pointus. Avec ses 550 habitants à l’année en moyenne, il y a presque plus de visiteurs que d’habitants lorsque l’on vient ici en pleine journée ! Les plus pressés pourront visiter cette petite merveille en 15 minutes tant le village est petit, tandis que ceux qui souhaitent prendre plus de temps pourront errer le nez en l’air et les yeux curieux dans les petites rues avant de s’attabler à une terrasse de café pour profiter du calme ressourçant qui règne ici.

 

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8856

Toujours pas fatigués, nous reprenons la voiture pour notre troisième visite de la journée : Carennac. Et là j’annonce haut et fort : ce fut clairement mon coup de cœur! Avec ses toits de briques foncées, ses rues fleuries, son cours d’eau traversant et ses maisons à colombages, Carennac est une vraie merveille. Quel plaisir de flâner dans les rues, découvrir les petits recoins, tous plus photogéniques les uns que les autres, s’arrêter au bord de la douce Dordogne ou sur les bancs du village.

 

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8891
Les maisons fantastiques de Carennac qui semblent toutes sortir d’un dessin animé!

On se laisse embarquer dans les ruelles explorées au hasard jusqu’à tomber sur le petit joyau des lieux, l‘Eglise Saint Pierre de Carennac. Installée dans la cour intérieure du Château des Doyens, lui même installé au cœur du village, l’Eglise s’impose directement avec son tympan immense et magnifiquement sculpté. Sa couleur sable, ses colonnes et son emplacement nous donnent même l’impression d’arriver face à la cité de Pétra. Et oui, pas besoin d ‘aller à l’autre bout du monde pour voir des merveilles !

 

Encore quelques déambulations dans le village avant de rentrer, les pattes un peu lourdes après cette journée, pour profiter d’une bonne douche avant le repas du soir, toujours chez Marie et Yves. Ce soir, d’autres personnes sont présentes à la chambre d’hôtes et c’est donc un repas convivial et animé autour de plats toujours plus typiques cuisinés avec soin par notre adorable hôte. Soupe au fromage, agneau label rouge et ses pommes dauphines maisons, fromages de rocamadour et, cerise sur le gâteau, un pastis Quercynois fait maison pour le dessert ! Un jour, peut-être, nous arrêterons de manger. Mais pas pour l’instant. Pour l’instant nous sommes dans le Lot.

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8849
Les fameux fromages de chèvre de Rocamadour, qu’il est interdit de partager !

La troisième et dernière journée se passe accompagnée de Laurent, animateur ENS, avec qui nous avons rendez-vous pour une journée riche en couleurs. Au programme pour la matinée, une randonnée de 7km environ entre l’Ouysse et l‘Alzou, vallée généreuse et encore très sauvage, qui présente plusieurs zones classées Natura 2000 pour la richesse de ses espèces protégées. Le départ se fait depuis le gouffre de Cabouy à Calés.

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8948
Nature sauvage aux couleurs chaudes au bord de l’Ouysse

Ici, la résurgence de Cabouy, donne le ton de la balade. Lieu immanquable pour tous plongeurs souterrains passionnés qui viennent du monde entier pour explorer ce gouffre turquoise, les paysages de cette résurgence nous plongent directement dans un autre monde. Et pour cause, cette grotte souterraine est l’une des plus explorées après les cenotes mexicaines!  Juste à côté, les restes d’un moulin au bord de l’Ouysse. Patrimoine historique et géologie incroyable se rencontrent ici. Laurent nous montre les quelques traces laissées par les loutres qui ont élues domicile en bordure de rivière  (observables seulement par les plus chanceux/patients!) avant de prendre un peu de hauteur pour profiter d’une vue plongeante sur ce canyon à la française. La végétation rase et très sèche après un été brûlant rajoute à cette ambiance désertique et parfaitement dépaysante.julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8955

 

Le sentier continue entre plateaux et bords de rivière, entre lumière chaude et air frais, pour nous mener au moulin de Caoulet. En parfait état et encore habité, le moulin est aujourd’hui réputé pour son activité de pisciculture où les amateurs de truites pourront acheter et apprécier des poissons qui ont été élevés dans l’une des rivière les plus pures de France (l’Ouysse, pour ceux qui n’auraient pas suivi).

 

Séjour placé sous le signe de la nature oblige, un passage rapide s’impose ensuite pour voir la deuxième star de la région, le gouffre de Saint Sauveur, résurgence de l’Ouysse, où l’on découvre un incroyable bassin vert bleuté entouré de sa foret mystique. Quand il n’y a personne ici, c’est véritablement digne d’une décor de film fantastique! Deuxième lieu de plongée très reconnu, le Lot a décidément de quoi attirer bien du monde! Nous montons sur un sentier aux arbres envahis de mousse, suivant notre guide dans ce paysage étonnant, pour arriver à un point de vue, un peu secret, sur l’Ouysse que Laurent tient à nous montrer. Je confirme: rien ne vaut la visite d’une région par un passionné autochtone, que ce soit le Sahara avec des Touaregs ou la vallée de l’Ouysse avec Laurent!

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-9089
Vue sur l’Ouysse au dessus du gouffre de Saint Sauveur

Les estomacs gargouillent, signe que la balade est bientôt terminée. Laurent nous amène à notre rendez-vous du midi au Moulin fortifié de Cougnaguet, classé monument historique, pour ce qui va être, je vous assure, un des meilleurs moments de ma vie de voyageuse. Voyez plutôt.

Nous avions rendez-vous pour manger avec Hubert et Raymonde Faure, actuels gardiens du moulin, pour déjeuner avec eux puis pour la visite de cette exceptionnelle bâtisse. Accueillis chaleureusement et mis à l’aise comme à la maison, nous commençons le délicieux repas préparé par Raymonde. La discussion est ponctuée par mes questions sur leur passé, leur histoire, mais aussi par de franches rigolades. Bref, accents typiquement lotois mis à part, un très beau moment d’échanges qui me donne l’impression d’être face à mes grands parents lors d’un dîner en famille. Nous sommes si bien que nous ne voyons pas l’heure passer au point que les premiers visiteurs de l’après midi commencent à arriver.julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-9023julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-9043

 

 

On essaye alors tant bien que mal de se lever après ce repas bien arrosé, pour aller visiter les lieux, accompagnés d’Hubert, notre guide pour l’après midi. On découvre avec enchantement les différentes pièces de la maison, du moulin, les différentes machines et étapes de la fabrication. Le bruit de la salle des meules vient couvrir le son de l’eau sous nos pieds. Dedans comme dehors l’endroit est totalement hors du temps !

julia_laffaille_focus_aventure_lot_tourisme_2018-8991
L’eau paisible de l’Ouysse, au pied du Moulin de Cougnaguet

 

Nous repartons de cette journée riche en émotions le sourire aux lèvres, un sac de farine dans les mains et une envie de rester là des mois entiers. Et en y repensant, finalement, c’est exactement ce sentiment qui nous a bercé durant tout le séjour dans le Lot. Passer la journée le sourire aux lèvres, se sentir simplement bien, ici et maintenant, échanger avec ses habitants tellement accueillants et avoir l’envie d’y rester très longtemps. En venir même à regarder les annonces des maisons à vendre dans la région et se dire qu’on pourrait devenir sans problème des lotois d’adoption. Et puis, on se rassure finalement en étant certains que l’on reviendra ici, très bientôt ou dans longtemps, peu importe puisqu’on sait, qu’on se sentira toujours comme chez nous ici dans cette vallée.

 

POUR LA VIDÉO DU SÉJOUR C’EST PAR ICI :

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Très beau reportage sur ce département parfois méconnu ! J’aime beaucoup l’alternance entre photos de détails et photos en grand-angle ! 😉

    J'aime

    1. Hello Aymeric !
      Merci à toi pour ce commentaire et ton passage sur le blog 🙂
      En effet le Lot est un peu trop méconnu à mon gout malgré toutes les merveilles que l’on y trouve, que ce soit les paysages, la gastronomie, le patrimoine et même les lotois qui sont d’une gentillesse incroyable !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s