Sur les terres ardentes du Larzac

En manque d’immensité, de chaleur et de nature, je suis partie en Avril dernier faire un trek de 3 jours en famille dans (ou sur ?) le Larzac, ou plutôt sur le Causse du Larzac, ce haut plateau calcaire, non moins classé au patrimoine de l’UNESCO, qui s’étend entre l’Aveyron et l’Hérault, empruntant alors une partie du GR 71D. N’ayant que 3 jours devant nous, nous avons choisi de sauter quelques étapes de ce GR afin de faire une boucle plus courte qui nous amènerait alors de Nant à la Couvertoirade puis de la Couvertoirade à la Cavalerie afin de rentrer ensuite à Nant. Mais sans plus attendre, voici donc un petit aperçu en carte pour vous repérer :cof

On ne connait jamais vraiment bien cette région. L’aubrac, plus haut et les Cévennes, plus bas, lui volent souvent la vedette. Et pourtant, le Larzac mérite bien qu’on s’y arrête. Pays d’infinis plateaux vides et arides, pays des loups et des templiers (certains disent même qu’ils y ont croisé des sorcières), le Larzac est une terre chargée d’histoire qui se traverse à pied, à cheval ou encore à vélo, toujours avec cette sensation d’implacable liberté.

Mais qu’on se le dise, la première chose que l’on remarque dès le pied posé sur ces terres, c’est que sur le Larzac, vous vous sentirez un peu comme dans une sorte d’Arizona à la française. En début d’été, le soleil tape bien correctement au dessus de vos têtes, les arbres ont décidé de ne pas pousser trop haut (afin de ne vous offrir aucun répit à l’ombre), et le bout des chemins fait entrevoir des mirages d’eau en fin de parcours. Un désert, un vrai. Mais qu’est ce que c’est beau ! Et surtout, qu’est ce que c’est calme!focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8914

 

De Nant à la Couvertoirade (5h – 18km). Le Larzac se dévoile dans toute sa splendeur.

Pour commencer cette épopée, nous choisissons Nant comme point de départ, où nous laisserons la voiture pour les trois prochains jours. Avec ses 900 habitants, sa jolie place, sa délicieuse boulangerie et son bouquiniste attitré, on tombe instantanément amoureux de ce coin. « Dites, ça ne vous dirait pas qu’on reste là pour les prochains jours plutôt que d’aller traverser le désert ? ». Bon,  apparemment, je suis la seule de cet avis et après avoir fait quelques courses, on part bel et bien en direction de la première étape : La Couvertoirade. J’étais partie sûre de moi, j’avais fait mon sac, rempli de mon appareil photo numérique, mes objectifs et mon appareil argentique. Je laisse finalement dans la voiture les différents objectifs et mon argentique. Première réflexion profonde amenée par cette randonnée : C’est fou comme l’on peut finalement se passer de certaines choses lorsque c’est à nous de les porter pendant 3 jours.

julia-laffaille-argentique-2018
La jolie boutique du bouquiniste du village, photographiée avec mon appareil argentique avant le départ
focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8870
Les maisons pleines de charme de Nant

Après être sortis du village, le sentier débute avec une côte assez raide, une foret environnante et un sol rempli de cailloux qui semblent vouloir te voir tomber à chaque pas. On se retourne, on commence à surplomber Nant. On se dit alors que l’arrivée au sommet vaudra le coup même si, qu’on se le dise, le Larzac ne présente pas des altitudes himalayennes. Mais en attendant, on allège un peu le sac avec le premier pique nique. Vraiment une bonne idée Julia d’avoir acheté 500g de Cantal pour la rando. Deuxième réflexion de la journée: On se passe très rapidement du fromage, même le meilleur du monde, quand on doit le porter.focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8871

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8874
La première partie de la randonnée, un dénivelé sec mais prometteur pour l’arrivée au sommet.

Arrivés plus haut, la nature commence à dévoiler ses caractéristiques et l’on voit apparaître ses arbres typiques, capables de résister à des écarts de températures importants, ses roches karstiques et ses petites fleurs qui viennent ponctuer de couleurs ces immensités vertes et jaunes en cette saison. Les premiers habitants du coin, non moins typiques, apparaissent aussi dès le premier plateau atteint : les brebis du Larzac, généreusement habillées de leur laine épaisse, reine de ces plaines et grandes habituées de l’aridité des lieux. Ce sont les saintes créatrices du saint roquefort, la plus ancienne appellation d’origine contrôlée (1925). Amen. Et merci à elles.

 

 

On emprunte ensuite notre première bouyssière, petit sentier bordé de buis qui forment souvent une voûte, nous offrant alors une ombre bien méritée, avant d’atterrir de nouveau sur un grand plateau traversé par notre sentier. Un nouveau paysage apparaît ensuite lorsque le GR emprunte une ancienne voie ferrée creusée dans la roche, quelques fois traversée par de vieux ponts. Bordée par de grands murs de calcaire, on a alors rapidement l’impression de marcher dans un véritable canyon. Quand je vous disais qu’on se croirait en Arizona !focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8882

 

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8894focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8895

Après plus de 4h de marche, les derniers kilomètres de cette étape se font sous une lumière de fin de journée, chaude et belle, celle qui étire les ombres et fait sortir les lézards de leur cachette.  C’est clairement mon moment préféré de la journée, les couleurs de ce paysage sec se font encore plus chatoyantes et tout semble plus calme.focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8916focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8907focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8899

L’arrivée à La Couvertoirade se fait à 18h, légèrement en sueur, et, tels des survivants n’ayant plus vu de civilisation depuis des mois, il nous tarde de découvrir le Gîte de la Cité réservé pour la nuit (et surtout la douche…et les lits). Nous arrivons donc dans ce village de templiers mais ce soir là, nous n’arrivions clairement pas avec autant de panache que ces chevaliers. focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8918

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8927
Pierres grises et Cardabelle séchée sur les portes, nous sommes bien dans le Larzac.

Si vous arrivez vous aussi sur les lieux en fin de journée, je vous conseille de visiter ce village à la lumière du coucher de soleil, c’est sublime. Prenez de la hauteur sur le parvis de l‘église Saint-Cristol pour admirer la ville et ses toits de lauze . C’est certain, on se voit tout à fait vivre ici pour finir nos jours en mangeant exclusivement du fromage de brebis.focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8929focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8941

 

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8954

La nuit au gîte de la Cité se passe à merveille, emmitouflés dans nos sacs de couchage, après avoir mangé un repas de roi au coin d’un feu de cheminée généreusement préparé par l’hôte. On discute un bon bout de temps avec ce jeune homme qui, on le comprend très vite, semble avoir trouvé le secret du bonheur en habitant ici. Le matin, un petit déjeuner de prince nous attend, ainsi qu’un pique nique généreux. Nous sommes prêts pour repartir.

 

De la Couvertoirade à la Cavalerie (7h – 26km) . La traversée du désert.

Nous partons donc le ventre bien rempli et les pieds reposés en direction de La Cavalerie. Le soleil ne tape pas encore trop fort et la lumière est aussi douce qu’en fin de journée. Il nous tarde de retrouver les beaux sentiers de ce Larzac mythique que nous empruntons dès la sortie du village.

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8962

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8922

La Couvertoirade, un village templier ou le temps semble s’être arrêté

On laisse derrière nous les murs remplis d’histoire de La Couvertoirade pour suivre la direction de la Salvetat, ferme typique de la région, sur une partie du GR 71D et 71C. Les premiers kilomètres se font sur un long chemin au milieu d’une foret de pins qui me rappelle les paysages de mes chères Landes. Le moins bon coté de ce paysage, ce sont les centaines de nids de chenilles processionnaires accrochés au bout des branches. Regardez où vous marchez, en cette période de l’année elles tapissent littéralement le sol.focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8967

De jolies bouyssières et leurs jolis petits portails (conçus pour laisser passer les randonneurs mais pas les troupeaux) nous attendent ensuite par ci par là, nous offrant une ombre divine sur cette longue étape. Car oui, il s’agit bien ici d’une véritable traversée du désert. Cette partie du GR vous fera parcourir des sols secs aux roches aiguisées et d’immenses lignes droites sur lesquelles on imagine aisément des cow boys arrivant au galop, les sabots des chevaux soulevant avec violence la poussière de ce sol en manque de pluie . Les amis, je vous le dis, ne soyez pas en manque d’eau sur cette étape car l’eau est une denrée rare et précieuse dans le Larzac, ne comptez pas en trouver sous vos pieds. focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8973focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8982focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8917focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8976

Les seuls points d’eau que vous pourrez trouver sur les sentiers seront les quelques lavognes (comprendre « les petites mares collectant les eaux de ruissellement » en occitan) croisées sur les côtés du sentier. Mais honnêtement je vous déconseille de remplir vos gourdes avec cette eau. Elles sont toutes occupées par de très nombreuses grenouilles et crapauds et, franchement, ça ne se fait pas de voler l’eau des autres.

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8979
Les grenouilles bien dodues du Larzac, au bord des lavognes.

Le village de La Blaquerie arrive alors comme une bénédiction après cette première étape de 8 kilomètres ! Peut-être même l’ai-je imaginé telle une oasis ?? Quoiqu’il en est, vous pourrez y re remplir vos gourdes et vous poser à l’ombre à côté de la très belle petite église du 18ème siècle à chevet pentagonal. Si tu n’as pas étudié l’histoire de l’architecture, tant pis pour toi…(pssss ! Un chevet c’est l’extrémité de l’église derrière l’autel, au fond du chœur, et si il est pentagonal c’est qu’il a 5 côtés. #minuteculture).

 

Vient ensuite une nouvelle étape (trèèèès longue) sur le passage de l’ancienne voie ferrée déjà croisée plus tôt, grâce à laquelle on atteint le village de l‘Hospitalet-du-Larzac après 4km sur cette ligne droite. Je répète : 4km de ligne droite! Pas d’inquiétude cela reste très beau, entre un sol rocailleux et la multitude d’arbrisseaux , la nature a des airs de steppes mais aussi de paysages méditerranéens.

Arrivés à L’hospitalet du Larzac, ce village me fait une drôle d’impression. Le trouvant tout d’abord assez laid dans sa partie récente, près de la route nationale qui le traverse, mais à la fois très mignon dans la partie au cœur du vieux village que l’on découvre après. Nouvelle réflexion de voyage : toujours attendre de voir plus loin avant de râler.

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8988
Une ligne droite qui emprunte les restes d’une voie ferrée désaffectée.
focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8991
Les cardabelles séchées en forme de soleil sur les portes des maisons sont un signe de bienvenue.

Une fois le village de l’Hospitalet dépassé, un tronçon du chemin suit la jolie route D23 (très peu empruntée) et conduit vers le bois de Carron après une côte bien raide qui n’est pas forcément la bienvenue en fin de journée. A partir du bois de Carron ensuite, le GR n’est pas le plus beau puisqu’il se rapproche de la A75 qu’il nous faut traverser afin d’arriver au village de La Cavalerie.

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8994
Une nature typique borde la route D23

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8998

 

On arrive en fin de journée au gîte d’étape du Moulin à Vent, un peu à l’extérieur du village, que nous avions entier rien que pour nous ce soir là. Les pizzas achetées au village et le poêle à bois allumé, une douche chaude terminait cette soirée parfaite. focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9012

Le troisième et dernier jour de ce périple commence de la meilleure des façons en ce dimanche matin : une grande table de gîte généreusement remplie de confitures maison, miel de la région, pain campagnard, café au lait, thé et d’excellents yaourts au lait de brebis faits par nos hôtes. On prend alors le temps de correctement se remplir le ventre pour repartir lourds mais en forme.focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9005

 

 

De la Cavalerie à Nant (3h45 – 14km). La tranquillité du guerrier.

Cette troisième étape commence par une rapide visite du village de La Cavalerie, qui, comme tous les villages fortifiés, me rappelle la cité de Carcassonne. A la différence près qu’ici, nous n’avons pas croisé un chat dans les rues (ni de restaurant de cassoulet).focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9022

 

Nous voilà donc partis sur une variante du GR 71D qui permet de retourner à Nant plus rapidement. Cette première partie de sentier navigue entre petites routes départementales et traversées de petits bourgs anciennement fermiers. On croise nos copines les brebis dans une ferme voisine puis, les premières vaches de notre randonnée. Parce que oui, ici dans le Larzac, la reine des lieux est bel et bien la brebis, pas la vache, on est pas en Normandie.focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9030

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9039
Les premières vaches croisées après 3 jours de marche…Et ce sont des vaches écossaises !

La nature oscille ensuite entre champs et petits bois sur une partie très simple, il faut l’dire, de ce GR. On y croise les typiques hameaux des Lisquisses puis la ferme de la Tune. On retrouve ensuite sur le dernier tronçon les paysages du premier jour, plus montagneux, plus forestiers, que l’on traverse alors pour rejoindre la comble de Nant, reconnaissable aux immenses buttes montagneuses parfaitement et étrangement lisses qui l’entourent. Est-ce le dos de géants endormis ? D’anciennes pistes de ski ? On n’sait pas, mais c’est très beau.

 

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9045

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-9046

Vient enfin la dernière petite partie de la randonnée, non la moins belle, qui nous fait longer le petit canal de La Dourbie à l’eau parfaitement claire, coulant entre des dizaines de jolis jardins privés. On découvre alors le très joli camping Le Vialaret, dans lequel on s’imagine déjà sortir de la tente pour aller tremper les pieds dans l’eau cristalline de la rivière qui coule juste devant, sous de beaux sols pleureurs.

Le sentier nous ramène ensuite directement au centre de Nant. Une fois les sacs à dos posés dans la voiture, direction l’un des jolis cafés de la place du village car l’heure de la glace a sonné et je crois bien que nous l’avons bien mérité.

focus-aventure-julia-laffaille-larzac-randonnee-8867

J’espère que cet article vous aura donné envie de partir dans ce beau désert français pour découvrir toutes les richesses que cette région a à offrir. Et puis, que vous soyez grands sportifs ou en famille, ce GR n’est qu’un des sentiers possibles parmi tant d’autres à faire (PR, Saint Jacques de Compostelle…), alors le Larzac n’attend que vous !

 

A PRÉVOIR :

  • Casquettes, lunettes, crème solaire…et tutti quanti. C’est un fuc**** désert !!
  • De l’eau, beaucoup d’eau surtout pour des étapes de plus de 15km. Sauf si t’es un zébu.
  • De bonnes chaussures de marche, c’est un GR, pas une balade dominicale guys !
  • Réserver à l’avance les gîtes ou campings surtout en saison estivale.
  • Des victuailles si vous ne comptez pas dormir en gîtes, on ne traverse pas beaucoup de villes.
  • Un topo guide de la région surtout si vous ne souhaitez pas suivre le tracé exact des GR 71C et 71D.

 

 

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. J’aime beaucoup cette ambiance désertique et pourtant verte. Et vivent tous ces petits hameaux et villages qui sont tellement à l’image de la campagne 😍

    J'aime

    1. Oui pendant les randonnées c’est l’un des points que je préfère de croiser des petits hameaux typiques 🙂
      Merci pour ton commentaire ❤

      J'aime

  2. kikimagtravel dit :

    Je suis complètement fan de cette randonnée découverte du Larzac et surtout de ces belles vaches écossaises!!!! Et dire que j’en ai vu très peu en allant en Ecosse et qu’il y en a ici en France perdues au milieu de nulle part. Quelle belle découverte !!!! Et j’aime aussi beaucoup le « Bouquiniste » un appel à l’évasion. merci pour ce chouette petit moment 🙂

    J'aime

    1. Merci à toi pour ton passage ici 🙂
      J’espère pour ma part voir des vaches écossaises en Ecosse ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s